Réponse au site anti-blanc « La relève et la peste » : oui les races humaines existent bel et bien.

Récemment, je suis tombé sur un site prétendument « antiraciste » défendant la thèse que les races n’existent pas car la biologie l’a clairement démontré. Plus précisément via cet article :

https://lareleveetlapeste.fr/la-genetique-met-fin-au-concept-de-race-humaine/

Je tenais à y répondre car bien évidemment, cet article n’est qu’un tissu de mensonges. L’existence des races humaines est une évidence pour tout ceux n’ayant pas été endoctrinés par le système cosmopolite. Ceux prétendant le contraire sont des menteurs éhontés.

Premièrement, on peut déjà observer les photos prises pour illustrer cet article. Oui. Que des noirs. Pour quelle raison ? Mystère.

L’idée qu’il existerait plusieurs races humaines a la vie dure. Pourtant, depuis le tout début des années 2000, la génétique a prouvé qu’elle ne repose sur aucun fondement biologique.

Et l’idée que les races n’existent pas ou que nous sommes tous de la même race a la vie dure également. Et même si au départ, le terme de « race » n’est pas biologique, il est conventionnel car il désignait les chiens issus de la sélection artificielle. Pourtant, certains généticiens prouvent que des arguments biologiques existent pour défendre le terme de race comme le montre David Reich et Jean Hansen

« Il existe beaucoup plus de cultures humaines que de races humaines »

Cette phrase est un non-sens absolu. Le fait qu’il existe « plus de cultures que de races humaines » n’est pas un argument.

Déjà en 1952, lorsqu’il publieRace et Histoire, l’éthnologue Claude Levi-Strauss laisse entrevoir l’absurdité du concept de races humaines. Pourtant, en 2008, les téléspectateurs d’Arte entendent Eric Zemmour déclarer à la militante antiraciste Rokhaya Diallo : « J’appartiens à la race blanche, vous appartenez à la race noire. ». Puis, le 18 octobre 2016, c’est le ministère de la Justice qui diffuse cette alerte-enlèvement : « Il s’agit d’un individu de race noire, porteur de lunettes de vue, 1 mètre 75, cheveux noirs et courts« .

Il faut garder à l’esprit que la science est un domaine corrompu par la politique actuelle dominante qui est très à gauche au niveau sociétal. Les scientifiques (ou du moins certains) ont un agenda politique à suivre. Albert Jacquard par exemple était un gauchiste, idem pour Claude Levy Strauss. La neutralité est donc absente. Claude Levy Strauss n’a absolument pas démontré en quoi la notion de races humaines serait « absurde ». Il a simplement suivi son agenda politique. C’est comme le fait de changer de sexe. Biologiquement, c’est impossible. Malheureusement, grâce à l’agenda politique, c’est désormais possible. Et ce qu’appelle un gauchiste « le progrès ». Et j’adore le fait de renommer la garce Rokhaya Diallo « militante antiraciste ». Militante anti-blanc, c’est plus réaliste. Et effectivement, Eric Zemmour n’est pas de race blanche puisqu’il est sémite et juif. Il est donc de race juive. Il aurait dû réfléchir avant de sortir une énormité pareille.

L’emploi de ce terme provoque l’indignation sur les réseaux sociaux. C’est que la dangerosité de cette idée, qu’il existerait plusieurs races humaines, fut atrocement démontrée au cours des deux derniers siècles. La paternité de la pensée racialiste est attribuée à Joseph Arthur de Gobineau. Son Essai sur l’inégalité des races humaines(1855) engendra le mythe aryenet inspira tout un courant visant à donner une lecture idéologique de théorie de l’évolution de Darwin. Le but étant d’ « affirmer l’existence des races, leur origine dans l’évolution, et le fait que les Noirs et les Chinois sont moins évolués que les Européens. » explique le biologiste moléculaire Bertrand Jordan.

Je ne comprends pas pourquoi ce terme choque. Aux États-Unis, on parle d’individus de race blanche etc.. Pourquoi en France, les gens font leur vierge effarouchée ? Ha oui, la France est victime d’un lavage de cerveau intense par les négationnistes de la question raciale. Et en quoi se rendre compte que les races humaines existent est dangereux ? Certes, Hitler était racialiste et raciste, mais Charles de Gaulle également et tant d’autres. Quelle belle généralisation abusive. Et dire que les noirs sont sous-evolués par rapport aux blancs, excusez moi mais c’est un fait indiscutable. Outre les différences raciales, les différences intellectuelles et culturelles confirment cette affirmation.

Ce dernier publie en 2008L’humanité au pluriel : la génétique et la question des races. À propos de la notion de race, il déclare :

« C’est une notion essentiellement culturelle, mais qui prétend toujours être fondée sur la biologie. ».

Effectivement, le terme de race est essentiellement conventionnel. Mais comme je l’ai dit en haut, David Reich, Jean Hansen et bien d’autres montrent que la notion de race est biologiquement fondée.

C’est donc tout naturellement à la biologie de nier l’existence des« races humaines ». En 1990 est entrepris le projet Génome humain, un ensemble de recherches coordonnées au niveau international. Pour la première fois, il donne une notion globale de la diversité humaine. Il s’achève en 2003 par la publication de la suite complète des 3 milliards de bases qui composent le génome humain. Grâce à cette étude, et à la recherche génétique en général, plusieurs faits indéniables sont établis

Mais si la biologie a nié la notion de races humaines, alors pourquoi les arguments biologiques en faveur de cette notion existent ?

D’abord, notre espèce Homo sapiens sapiens est apparue en Afrique. Les fossiles les plus récents ont été découverts au Maroc. Ils permettent de situer l’émergence des traits anatomiques des humains modernes environ 300 000 ans avant notre ère.D’abord, notre espèce Homo sapiens sapiensest apparue en Afrique. Les fossiles les plus récents ont été découverts au Maroc. Ils permettent de situer l’émergence des traits anatomiques des humains modernes environ 300 000 ans avant notre ère.

Alors bien que cette information ne change pas les conclusions initiales, je la prendrai entre des pincettes.

Voici plusieurs liens remettant en cause l’origine africaine de l’espèce humaine :

http://bernardlugan.blogspot.com/2011/06/lafrique-nest-plus-le-seul-berceau-de.html?m=1

http://histoirerevisitee.over-blog.com/2016/06/et-si-les-hommes-europeens-ne-venaient-pas-d-afrique.html

https://www.bfmtv.com/planete/selon-des-chercheurs-le-premier-homme-est-apparu-en-europe-et-non-pas-en-afrique-1170351.html

https://www.breizh-info.com/2017/07/18/73880/sciences-origine-homme-afrique-eurasie

http://www.leparisien.fr/societe/et-si-l-ancetre-de-l-homme-etait-finalement-bulgare-04-07-2017-7108383.php
Et au cas où l’espèce humaine serait bien apparue en Afrique, moi ayant toute ma famille née en Europe, et moi même, je suis purement européen et sans aucune origine africaine. Dire le contraire serait un mensonge idéologique.

Les humains sont ensuite restés en Afrique durant 200 000 ans, se déplaçant en divers endroits du continent. Peu à peu, les différents groupes se sont isolés les uns des autres, formant des populations nouvelles qui ont colonisé l’ensemble de la planète.Les humains sont ensuite restés en Afrique durant 200 000 ans, se déplaçant en divers endroits du continent. Peu à peu, les différents groupes se sont isolés les uns des autres, formant des populations nouvelles qui ont colonisé l’ensemble de la planète.

Et évidemment, les escrocs ayant rédigé cet article étaient là pour voir tout ça ? Les individus se sont isolés et formés des groupes isolés ? Alors comment expliquer les différences morphologiques entre les noirs et les blancs ?

De plus, le projet Génome humaindémontre l’incroyable homogénéité de l’humanité. Les scientifiques s’aperçoivent en effet qu’en comparant l’ADN de deux humains pris au hasard, on ne trouve presque aucune variation : ils sont semblables à 99,9 %. Autrement dit,

« Nous avons tous les mêmes gènes qui sont placés de la même façon, sur les mêmes chromosomes. », résume Bertrand Jordan.

Et qui sont ces 2 humains ? 2 néerlandais de souche ? Un polonais et un allemand ? Dans ce cas là, le chiffre de 99,9% s’explique parfaitement. Si jamais c’était un ukrainien et un sénégalais, un contre-argument existe, le voici :

« Cet argument consiste à dire que ce 0,x% (typiquement autour de 0,1-0,2%) est négligeable et donc que les races n’existent pas. Mais on ne nous donne jamais le seuil à partir duquel soudain on pourrait parler de race. Si environ 1,5% suffit à nous distinguer du chimpanzé, pourquoi 0,1% ne pourrait donc pas distinguer des races comportant des différences massives ?

D’ailleurs, la différence entre humain et chimpanzé est plus qu’une simple différences entre espèces, puisque le chimpanzé n’est pas un hominidé. Certaines espèces distinctes – comme l’âne et le cheval ou le tigre et le lion – peuvent avoir des descendants, mais qui sont essentiellement stériles. On en est très loin entre homme et chimpanzé.

Non, ces 0,1% sont tout à fait suffisants pour parler de races différentes. »

L’intégralité de l’article ici.

Cette homogénéité est exceptionnelle comparé aux autres espèces animales. Même les primates supérieurs, pourtant beaucoup moins nombreux que les humains, présentent quatre à cinq fois plus de différences entre deux individus.Cette homogénéité est exceptionnelle comparé aux autres espèces animales. Même les primates supérieurs, pourtant beaucoup moins nombreux que les humains, présentent quatre à cinq fois plus de différences entre deux individus.

Et bien je venais juste de debunker cet argument.

Néanmoins, hormis les vrais jumeaux, chaque humain possède aussi des versions différentes de certains gènes. Les scientifiques se sont intéressés au single-nucleotide polymorphism (SNIP), la variation d’une seule paire de bases du génome. Ils ont étudié les variations ponctuelles de l’ADN dans les différentes populations humaines. L’idée de race impliquerait qu’il y ait des sous-ensembles étanches à l’intérieur de l’espèce humaine.Mais le résultat est que « pratiquement tous les variants de tous les SNIP sont présents dans toutes les populations. Que vous fassiez votre étude sur une tribu du Congo, ou sur un village irlandais, ou sur une région norvégienne, ou sur le Kamtchatka, vous allez retrouver toutes les formes des SNIP possibles. » explique Bertrand Jordan.

Ce n’est pas un argument, bon sang. Outre les similitudes ADN, un irlandais et un congolais ont des différences morphologiques intellectuelles et culturelles indéniables ce qui suffit à conclure qu’ils sont de 2 races différentes.

Depuis des centaines de milliers d’années, le brassage génétique n’a pas cessé. D’ici deux ans par exemple, selon les estimations, moins d’un enfant sur deux sera Blanc aux États-Unis. Ainsi, un individu pourrait être défini comme 32 % Européen du Sud, 20 % Européen du Nord, 19 % Asiatique du Sud-Ouest, 15 % Subsaharien… Depuis 2000 et le premier séquencement du génome humain, le concept de race a bel et bien perdu tout fondement scientifique.

Nous y voilà. Pour justifier le fait que les races n’existent pas, ils prennent pour argument le grand remplacement des blancs américains et le métissage. Cela montre bien que le site est anti-blanc. Et visiblement non le fondement scientifique est bien là concernant la notion de races.

L’espèce humaine est à la fois exceptionnellement homogène et profondément diverse. Pour revenir à l’idée de Levi-Strauss, l’erreur est d’appeler « races » ce qui constitue plutôt des cultures différentes. Mais l’ethnologue était convaincu d’une chose :

« La diversité des cultures humaines ne doit pas nous inviter à une observation morcelante ou morcelée. Elle est moins fonction de l’isolement des groupes que des relations qui les unissent. ».

Confondre races et cultures en ignorant la morphologie et le reste… dois-je vraiment souligner la stupidité de cette affirmation ?

Conclusion :

Comme vous l’avez vu, cet article n’est que mensonges et racisme anti-blanc. La première étape pour le génocide des blancs, c’est de nier l’existence des races humaines. Notez que le site se considère comme « antiraciste ». L’antiracisme est un nom de code pour « anti blanc » et cet article le montre. Prochainement, un debunkage sur l’escroquerie de l’antiracisme sera publié sur le site.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s